Lecture rapide et loi de Parkinson

 

lecture rapide

Flickr – zigazou


 

Rassurez-vous, je ne vais pas vous parler de la maladie de Parkinson dans cet article mais plutôt de la loi édictée par Cyril Northcote Parkinson à la fin des années 1950…

 
 

La loi de Parkinson : késako ?

 

Parkinson était un historien britannique qui observa que « le travail s’étale de façon à occuper le temps disponible pour son achèvement ».

Ainsi, même si la quantité de travail stagne voire diminue, le nombre d’employés embauchés pour en venir à bout augmente malgré tout. Ceci constitue un paradoxe que l’on peut appliquer à de nombreux domaines, dont celui de la lecture rapide.

Tout individu a ainsi tendance à utiliser tout le temps qu’il a pour faire son job, même si la quantité de travail est faible en rapport avec le temps nécessaire pour l’accomplir.

Prenons un exemple simple adapté à la lecture : vous êtes abonné dans une bibliothèque et avez l’habitude d’emprunter 2 ou 3 livres à chaque fois. Vous avez un délai de trois semaines pour les terminer et les ramener. Pour peu que l’un des livres ne vous passionne pas, vous allez faire traîner, le lire petit peu par petit peu, jusqu’à ce qu’il ne vous reste plus que quelques jours avant la date de retour fatidique.

Que va-t-il alors se passer ? Vous avez envie d’aller au bout du livre et vous allez accélérer sa lecture pour être certain de l’avoir terminé à temps ! Paradoxalement, au lieu de vous empresser d’en venir à bout pour passer à autre chose, vous prenez votre temps et mettez 3 semaines pour lire l’ouvrage en question alors que vous auriez pu l’avoir fini en trois fois moins de temps.

 
 

Comment ne pas se faire piéger par la loi de Parkinson ?

 

C’est bien simple : lorsque vous entamez une lecture qui n’est pas une « lecture plaisir », mais une lecture professionnelle ou dans le cadre de vos études, fixez-vous un délai pour la terminer !

Si vous vous accordez 3 heures pour lire le livre, le simple fait d’avoir défini votre budget temps va vous inciter à lire plus vite.

C’est ainsi que procèdent bien souvent les chefs d’entreprise, qui se font un devoir de parcourir différents journaux de nouvelles ou d’économie : généralement, ils réussissent à retenir l’essentiel de ce qui les intéresse en se fixant un délai raisonnable pour le faire.

Par ailleurs, les plus efficaces suivent souvent la technique que j’ai déjà décrite pour parcourir les journaux, sans forcément savoir qu’il s’agit là d’une technique de lecture rapide.

 
 

Et vous, avez-vous tendance à rallonger des lectures qui pourraient ne vous prendre que quelques heures ? Connaissiez-vous cette loi de Parkinson ?

 
 

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faîtes un lien vers l'un de vos articles !