C’est votre corps tout entier qui lit

 

lire vite yeux

 

Si l’on vous demande avec quelle partie de votre corps vous lisez, vous allez naturellement répondre « avec mes yeux ! ». Savez-vous pourtant que vous sollicitez d’autres organes et d’autres fonctions pour lire ?

 
 

Lire avec ses yeux

 

La lecture fait appel à plusieurs processus de notre système visuel :

– la convergence et la fixation sur le ou les mots à lire

– l’accommodation pour voir nettement

– le balayage horizontal de la ligne

– le déplacement vertical pour passer d’une ligne à l’autre.

Le processus de lecture est un phénomène très complexe. Physiquement, vous ne pourrez pas accélérer indéfiniment votre vitesse de lecture : vous serez  notamment limité par la capacité de votre oeil à faire des bonds d’un mot à l’autre, d’un groupe de mots à l’autre.

 
 

Lire avec ses oreilles

 

Avant de savoir lire, il faut savoir parler. Mais pour parler, il est nécessaire d’apprendre à décoder, répéter les sons du langage oral. Cela passe également par ce que les spécialistes appellent la conscience phonologique.

Il s’agit en fait simplement de la reconnaissance des sons : savoir que si l’on enlève le « b » de « bateau », cela donne « ateau » et que si l’on fait de même avec le mot « gâteau » on obtient aussi « ateau ». Vient ensuite l’association des sons aux lettres. C’est ainsi que progressivement l’enfant apprend à déchiffrer les signes écrits et à les associer aux sons qu’il entend depuis sa naissance. Là est l’acte de lire.

 
 

Lire avec ses mains

 

Dès la naissance, nous utilisons nos mains : elles sont un guide pour nos yeux et nous permettent de partir à la conquête du monde qui nous entoure.

Lorsque vient le moment d’apprendre à lire, c’est la même chose : notre main vient au secours de notre oeil pour l’accompagner dans sa découverte des textes. Grâce à nos mains, nous parvenons à mémoriser la forme des lettres, indispensable pour apprendre à lire.

C’est de ce constat qu’est partie Maria Montessori, première femme médecin italienne, pour venir au secours des enfants présentant – notamment –  des difficultés de lecture. Sa méthode repose sur entre autres sur l’utilisation d’un matériel sensoriel : c’est par ses sens que l’enfant apprend et se développe. Pour prendre  l’exemple de la découverte de l’alphabet, elle utilisait des lettres constituée de sable collé sur du papier. L’enfant parcourait le contour de la lettre avec son doigt tout en la nommant : la mémoire de la lettre était ainsi acquise par le geste et la sensation mais aussi par le langage.

Vous aurez compris à travers cet article que l’acte de lire fait appel à de nombreux organes et fonctions, sans parler du cerveau dont le rôle est évidemment essentiel et dont je vous parlerai dans de prochains articles.

 

Et vous, aviez-vous conscience de la complexité de cet acte de lire, qui vous semble aujourd’hui presque naturel ?

 
 

2 Commentaires

  1. Bonjour, votre article m’a intéressée car je suis à la recherche de techniques de mémorisation pour un jeune dyslexique de 10 ans. Faites moi partager vos recherches sur le sujet. Merci infiniment.

    • bonjour Magalie

      je connais bien la mémoire et les techniques de mémorisation mais ne suis malheureusement pas une spécialiste de la dyslexie. Promis, si j’ai des pistes à vous proposer, je penserai à vous !
      Sinon, je me permets de vous renvoyer vers un collègue (http://www.potiondevie.fr) qui peut-être saurait vous aider.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faîtes un lien vers l'un de vos articles !